Et ce n'est pourtant pas le moment !
La planète avait besoin de respirer un peu l'air frais, non que ce que l'on nous proposait en remplacement ait jamais été bien reluisant, mais surtout, il nous fallait quelque chose d'autre.
Et non, bouffis par leur abrutisme, engonçés dans leur costume de héro trop étroit (vous saviez qu'il a fallu élargir les chaises pour cause de "nouvelles normes" ?), incapables de sentir le vent (trop de puanteur dans les gaz d'échappements) du renouveau, voici qu'on nous remet une bonne petite couche de cambouis sur les 4 prochaines années.
Il a les mains libres désormais, libres face à tous ses opposants, mais aussi face à ses partisans et surtout ses financeurs. Les religieux, les industriels, les mafieux, les militaires etc...
Il va pouvoir faire ce qu'il veut, il sait qu'il ne peut obtenir un troisième mandat. Il peut relâcher la pression, se dégager de ses obligations, notamment morales (il n'en avait pas d'autres je crois, non ?).

Bref, on est KO, ils nous font du Bush à Bush... Et là, c'est le drame.

A voir de quelle manière il nous a retourné la planète en 3 ans, on se demande quelle machiavélique expérience il va encore tenter d'ici 2008 ? Une idée ?
Corée du Nord ? Moui, peut-être, mais seulement à la fin, pour qu'on ne lui reproche pas d'avoir déclencher un conflit nucléaire. Et de toutes façons il n'y a pas de pétrole.
Iran ? Oui, mais ils sont quand même nombreux.
Syrie ? Facile, ils sont désormais encerclés.
Libye ? Mais leur chefaillon est actuellement très bien, n'est-ce pas ?
Bélarus ? Mmmmh. Non, c'est trop près des russes, ils vont pas aimer. Encore un petit coup d'Asie Centrale alors ?

Voyez que la planète ne manque jamais de têtes à claques, de petis dictateurs qu'il faut remettre dans le droit chemin, c'est à dire celui dicté par le grand chef, celui qui regarde dans deux directions à la fois.

Comment les pays alliés de toujours et comme jamais comme la France vont-ils faire maintenant ? Ils vont être très déçus.
C'est vrai qu'il est toujours difficile de comprendre comment une telle chose peut se produire. D'ailleurs, ils en savent quelque chose, les français, eux qui ont récemment voté pour, ouf !, le bon des deux. Enfin, le moins pire. Vous n'aviez pas remarqué comme une certaine, euh, analogie ? (je dirais presque analité, tant on nous prend tous pour des trous du c.. !)

Je suis un peu sonné, il faut le dire, et cela ne me plait guère. Certains artistes ont déjà déménagé, sont partis des Etats-Unis, vivre ailleurs, là où la dictature fascisto-chrétino-militaro-industriello-mc donaldesque n'a que peu d'emprise, ou moins.
Car le vrai drame reste en ceci : la bêtise humaine se trouve sous toutes les latitudes, il faudrait, comme dirait l'autre, construire des asiles de cons gigantesques, sur une autre planète, ou bien s'exiler loin de tout ça, laisser la pourriture finir de bouffer et détruire ce qui reste. Il ne reste rien. Mais ce n'est pas la fin du monde, non, ni la fin de la vie. La vie continuera sans l'homme, elle continuera avec une nouvelle race d'êtres bipèdes : l'homo-crétinus.